Pages

18 mars 2014

#feteinternet : un blog de généalogie, pourquoi ?

Après la Fête des Grands-Mères, la Journée de la Femme et en attendant la Fête de la Musique, voici la Fête de l'Internet, à l'occasion de laquelle Sophie Boudarel nous propose une activité utile, qui est de dire pourquoi nous assumons la rédaction d'un blog généalogique et, dans une deuxième partie, de parler d'un blog tenu par un autre que nous aimons particulièrement.
Pour raconter la genèse du mien, je dirai d'abord qu'elle a été très progressive. Je ne me suis pas levé un matin en me disant : "Tiens, aujourd'hui je vais créer un blog !" Dès le début des années 2000 j'avais publié sur un site personnel mes données généalogiques grâce au programme GED2HTML qui permettait de transformer un fichier GEDCOM en pages web, ce qui m'avait fourni l'occasion de quelques échanges épistolaires avec d'autres amateurs. Mais ensuite il y a eu Geneanet...

Parallèlement à mes recherches sur des ancêtres lointains, j'étais inquiet à l'idée que mes propres connaissances sur des personnes que j'avais connues ou dont j'avais entendu parler par des membres plus âgés de ma famille, tous ces faits qu'on ne peut pas faire figurer sur un arbre généalogique, disparaîtraient avec moi : j'ai donc entrepris de les rédiger avec le traitement de texte. 

Une nouvelle question s'est alors posée : comment faire connaître mon travail ? J'ai pensé à l'impression sur papier ; mais quand ? Je ne pourrai jamais savoir quand un tel ouvrage sera terminé. La réponse était évidente : le diffuser sur un blog. Ce que j'ai fait, ce blog existe et j'en ai indiqué l'adresse à cousins et cousines, cependant son accès est protégé par un mot de passe car les articles, sans être confidentiels, ont un contenu plutôt familial.

Certains d'entre eux, comme "Mourir pour la Crète" ou bien "Pierre Viguier, ermite" sont d'ailleurs présentés à peine remaniés sur le blog que vous êtes en train de lire ; il est né quand je me suis rendu compte que par leur portée certains sujets pouvaient sortir du cadre de la famille. En même temps j'avais remarqué que les registres paroissiaux contenaient souvent des notations qui dépassaient la simple administration des sacrements.

Par exemple, de passage il y a pas mal d'années aux archives départementales à Montpellier, j'avais été frappé en parcourant des actes de sépultures des années 1790 par l'évocation du cadavre anonyme de cet homme jeune et élégamment vêtu trouvé mort de froid dans la campagne languedocienne, sans doute une victime qui fuyait la terreur républicaine. Malheureusement je n'ai pas noté la référence de l'acte, que je ne désespère pas de retrouver un jour.

J'ai donc décidé d'intégrer à mon blog tout ce qu'on peut tirer des "mentions insolites", estimant cette matière plus intéressante que de raconter le mariage de l'oncle Jules avec la tante Ursule. Thierry Sabot a consacré à ce sujet un excellent ouvrage, Nos ancêtres et les mentions insolites des registres paroissiaux dans la collection Théma, aux éditions Thisa, livre que j'ai découvert après la création de ce blog.

La deuxième partie du sujet est beaucoup plus difficile à traiter : on nous demande d'évoquer un autre blog que nous aimons particulièrement. Je dirai d'abord que j'aime tous ceux dont l'adresse figure dans la colonne de gauche de cette page. Il m'est très difficile d'en choisir un en particulier, tous ont leurs qualités et leur originalité ; de plus, en choisir un, c'est risquer de vexer les auteurs des autres. Qu'il soient bien assurés que telle n'est pas mon intention et que j'ai toujours plaisir à lire ce qu'ils écrivent !

Puisque la règle du jeu m'impose un choix, il ira vers les blogs des Québécois. D'abord en raison de l'ambiguïté de ces derniers : ils ont des racines françaises tout en étant en dehors du fameux hexagone. De plus ils entretiennent avec moi-même une relation de symétrie assez curieuse : leurs ancêtres étaient français, et eux-mêmes - la faute à Montcalm - sont devenus "étrangers" ; à l'inverse, avant 1660, les trois quarts de mes aïeux étaient étrangers, mais ils sont devenus français par la force des annexions. D'autre part les ascendants des Québécois venaient majoritairement de l'ouest de la France, alors que les miens étaient dans l'est.

De façon moins personnelle, leurs blogs sont intéressants parce qu'ils racontent des aventures souvent dramatiques, vécues par des gens qui étaient courageux. Ils montrent que leur pays avait une dimension humaine qui ne le réduit pas aux "quelques arpents de neige" dont parle Voltaire. Et ce ne sont pas les histoires pittoresques, comme celle des "Filles du Roy" qui font défaut.

La question du choix se pose à nouveau : parmi ces blogs québécois, plusieurs sont excellents : je pourrais citer celui de Jean-François, Chroniques Ancestrales, qui évoque le massacre de ses ancêtres par les Iroquois, ou bien celui d'Hervé, La généalogie d'Hervé, dont les sujets, très variés, vont d'aventures vécues autrefois aux analyses ADN.

Mon choix s'est finalement porté sur le blog de Lucie, Fouilles Trouvailles. Le titre lui-même du blog m'a plus tout de suite : Fouilles Trouvailles.  "Fouilles" rapproche à juste raison l'activité du généalogiste de celle de  l'archéologue ; celui-ci gratte la terre, celui-là gratte des registres ; tous les  deux veulent faire revivre le passé depuis les traces qu'il a laissées. "Trouvailles" exprime le plaisir qui sert de récompense quand on a établi une  date ou un événement et aussi quand on décèle l'extraordinaire ou l'insolite dans un banal registre .

En effet dans le blog de Lucie chaque article, et ils sont très nombreux, est basé sur un acte paroissial ou notarial. Le commentaire explicite ce qu'il peut y avoir d'étrange dans les formulations ou dans la  situation décrite. Il joue le rôle d'une loupe qui montrerait ce qu'une lecture rapide ou distraite n'aurait pas perçu. D'autres fois, le tragique naît de la sobriété elle-même de l'énonciation, par  exemple dans un article qui ne fait qu'énumérer des unions et des naissances,  "Donner la vie et mourir à 39 ans".

L'univers évoqué est très varié, il va du pays basque, où Lucie a trouvé ses ancêtres de France, jusqu'au Québec et il tire son  unité des hommes qui y ont vécu. Les noms des personnes sont français, mais ils sont entourés de toponymes  exotiques issus de langues amérindiennes comme Paspébiac. Enfin, beaucoup d'articles posent des questions, soit que leur titre soit formellement interrogatif, comme "Qui était Charlotte Brasseur ?", soit que le fait rapporté soulève un mystère, comme la mort le même jour de deux enfants, "Quand on ne peut pas savoir pourquoi".

Si on veut mieux connaître Lucie, il faut lire l'entretien qu'elle a accordé il y  a quelques mois au blog de MyHeritage : "Entretien avec Lucie Delarosbil, généablogueuse de Fouilles Trouvailles". En guise de conclusion, je me contenterai de citer celle que Lucie elle-même tire à la fin  de cet entretien : "passionnez-vous ! Fouillez. Fouillez. Fouillez. Lisez.  Partagez vos trouvailles. Créez votre site ou votre blogue..."

4 commentaires:

  1. Lucie Delarosbil22 mars 2014 23:13

    Jean-Michel,

    je viens juste de découvrir votre article. J'avoue que c'est grâce au RT d'Hervé. Dire que ça fait quatre jours qu'il est publié ! Comment a-t-il pu passer invisible sous mes yeux de loupe ? Comment ai-je pu le louper avant maintenant ? Quatre jours !

    Merci ! Je ne sais que dire... Je suis émue, très émue, trop émue...

    Je reviendrai.

    Sincèrement,

    Lucie


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aimerais vous dire merci en micmac, mais mes compétences ne vont pas jusque là :-) Alors, simplement : "Merci !'

      Supprimer
  2. Je découvre avec plaisir votre blog, à l'occasion de votre passage aux "Cerisiers de l'Aube". Ce premier article me met en appétit pour lire les autres, ce que je ferai peu à peu. Et votre choix de celui de Lucie me permet de découvrir un autre domaine, donc encore des lectures-plaisir en perspective. Merci !

    RépondreSupprimer
  3. Merci à vous ! Je viens aussi d'avoir l'occasion de découvrir votre blog et j'y retournerai.

    RépondreSupprimer

Votre opinion est la bienvenue, d'éventuels compléments d'information aussi.